Le rejet et l'abandon une histoire de famille.

Une histoire de famille…

Raul, issu d’un père militaire très absent ou la discipline était de mise.


Raul n’était pas très brillant à l’école, et son père ne manquait pas de le lui rappeler en lui disant qu’il « était bon à ramasser les poubelles ».

Très rarement satisfait par les exploits de son fils.


Même s’il ne fit pas de grandes études, Raul décrochera tout de même son apprentissage chez les compagnons du devoir et entama un tour de France. Mais voilà... la rigueur de cette institution lui renvoyait à la discipline de son père si bien qu’il quitta cette voie. (ne pas vouloir lui ressembler)


Quelques années plus tard, il créa son entreprise, et avait sous sa responsabilité 20 personnes. Il travaillait 6 jours par semaine de 5h à 20h et négligeait ainsi sa fille.


Lorsqu’il étudiait un projet ou le fonctionnement mécanique, il devait comprendre les bouts et les aboutissement de chaque chose pour ne pas être pris en faute... Ne pas savoir l'angoissait. Ainsi, "papa serait fier de moi et ne me rejettera plus." (L’enfant intérieur de Raul, était-il guéri ?). Préoccupé toutes ces années à guérir de cette blessure de rejet... il allait créer par la même la blessure de sa fille. (l'abandon)




Quant à sa fille, elle a grandi avec un père absent. (Ça rappelle le père non ?)



Pour avoir de l’attention de son père, elle a décroché 3 masters, et a un poste à

responsabilité. Elle gagne très bien sa vie. Cela fait plus de 5 ans qu’il ne se parle plus. Sa fille s’est sentie abandonner « regarde papa, j’ai fait comme toi, le papa serait-il fier ? mettant l’amour dans un rang social.)

Sa fille à l'heure d'aujourd'hui ne veut pas d’enfant jugeant que le travail passe avant tout et qu’elle n’a pas envie d'abandonner son enfant comme elle l’a été. Donc elle se punit de la même façon que s’est puni son père lors de son passage chez les compagnons. (ne pas vouloir lui ressembler).




Aujourd’hui Raul a pris conscience de son cheminement. Il comprend aussi pourquoi les autres peuvent réagir de certaines façons à son contact. Il veut renouer avec sa fille, pour l’instant le dialogue est rompu, mais ça avance doucement.

Il prend aussi conscience que son perfectionnisme peut lui porter préjudice. Et qu'il est vrai que tout n'est pas blanc ou noir.


Pour moi, ce qu’il tient dans sa main n’est autre qu’un fils électrique pour Raul, c’est un fils électrique bleu 2.5 volts de la marque LEGRAND. À présent, il essaye de changer cela.


Raul a envie d’une vie sereine, de partage, de voyage. Il a passé sa vie à travailler dur pour avoir la reconnaissance de son père. L’aura-t-il un jour ? Est-il nécessaire d’être reconnu aux yeux de son père ?


Espérons que ce père et sa fille renourons des relations saines, et que chacun d’eux arrivent à guérir de leur blessure respective.


En partant, il me regarde dans les yeux et me dit.





- EST-CE QU’IL FAUT PARLER POUR NE RIEN DIRE OÙ SE TAIRE ?


- EST-CE QU’IL FAUT ÊTRE OU PARAÎTRE ?


Je laisse le soin à Raul de trouver ces réponses.





Ps les illustrations sont de Yannick Vincente


99 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout